Museum of me

Publié le par Lucy

Museum of me

Je profite de cette proposition d'Armalite pour redonner vie à ce blog (qui n'attend que le début des vacances pour repartir avec ardeur).

Le principe est de rassembler des objets précieux et/ou emblématiques de certains moments de notre vie.

J'ai sélectionné 12 éléments (plus, je me serai dispersée, moins ça aurait fait un peu juste)

- des carnets (pas tous, certains sont chez mes parents) pour noter des paroles de chanson, servir de journal ou conserver des anecdotes pour mes enfants. J'en ai des tas, remplis d'idées géniales (?) et je résiste rarement à agrandir mon stock.

- mon Tanuki en peluche, rapporté du Japon par un ami en 2001. Il symbolise ces années étudiantes dominées par la passion pour ce pays et la lecture de mangas (bon, j'ai quand même réussi le capes dans la foulée, hein)

- la robe longue en velours rouge achetée en terminale. Elle m'avait tellement fait rêver, m'évoquant les femmes fatales dans James Bond. Bizarrement ça ne rendait pas pareil sur moi et elle ne m'a pas permis de séduire l'objet des mes fantasmes de l'époque. Mais elle me va encore (surtout depuis deux ans) et est en excellent état.

- une bague en or avec un petit diamant qui appartenait à une de mes arrières-grands-mères et que j'ai eue pour mes 29 ans. J'ai l'pression de détenir un peu de l'histoire de la famille.

- du baume à lèvre (une de mes grandes obsessions depuis l'adolescence) et celui-ci est vegan (une nouvelle obsession: n'utiliser que des cosmétiques qui n'ont pas nécessité la torture d'animaux) Sans baume à lèvre, je ne suis pas vraiment moi.

- l'édition de Cyrano de Bergerac que mes parents m'ont offerte l'année de mes dix ans. J'avais flashé sur le personnage et j'ai dévoré la pièce au point de la savoir par cœur et de m'exprimer en alexandrins. Ce fut la rencontre avec une âme sœur.

- une théière en porcelaine, ma première vraie belle pièce achetée avec une amie experte. Je l'ai vidée depuis un nombre incalculable de fois. Je pourrais me passer de café mais pas de thé.

- Pride and Prejudice. Lu au cdi de mon lycée et racheté ensuite. Un tournant dans ma vie de lectrice et dans ma vie tout court, un booster incroyable pour la maîtrise de l'anglais (je ne l'ai jamais lu traduit)

- mon premier micro, un Beyerdynamic, plus adapté aux métalleux qu'à mon timbre de soprano. Souvenir des années passées dans les groupes parisiens the Pantomimes, Chatter Tone et Mark & Lucy. C'est peu dire que cela me manque.

- une petite trousse à ouvrage en cuir contenant tout le nécessaire pour coudre et broder. Elle m'a été offerte par la grand-mère, excellente couturière, lorsque j'avais dix ans environ. Je n'ai jamais cessé de l'utiliser.

- des aiguilles à tricoter. Mon occupation majeure entre 2010 et 2015. J'aime lire des patrons de tricots et visualiser les points avant de me lancer.

- le jeu Diablo II, pour ma période joueuse maladive. Heureusement que nous avons eu des restrictions enfants car j'aurais facilement pu tomber dans l'addiction: je déteste qu'un scénario me résiste. Les jeux de combat restent incontournables pour faire tomber la pression à la fin d'une journée pénible, et les rpgs pour s'évader.

Voici ma contribution à ce portait par objets interposés. Ce fut amusant de procéder au choix.

Publié dans humeur

Commenter cet article

Jackie Brown 01/07/2016 16:08

C'est marrant de se découvrir des points communs avec des gens que l'on ne connaît pas et qui n'ont pas tout à fait le même âge que nous. Tes carnets me parlent, tes aiguilles aussi et surtout Cyrano de Bergerac qui m'a tellement touchée que je ne veux pas le voir en film, ni même en pièce.

Lucy 04/07/2016 06:48

Merci pour ta visite! Je n'ai toujours pas vu Cyrano au théâtre (mais j'ai vu le film avec Depardieu qui le laisse sanglotante à chaque vision) et j'ai peur d'être déçue car depuis le temps tous les personnages ont une voix dans ma tête.